Histoire de la marque.

L'histoire de la marque est encore incertaine et le résumé qui va suivre n'est qu'une première ébauche de ce que j'ai pu collecter par des recherches sur le net, quelques témoignages et la participation d'archives! Cependant, il me reste de nombreuses recherches à faire dans les différentes archives départementales ou communales, ainsi certaines informations seront rectifiées ou bien corroborées.

                                                                 Merci de votre compréhension.

L'époque Bretonne:


La marque « Armor » voit le jour à Brest, préfecture du finistère en 1901 (vérification à venir), sur l'initiative de Monsieur Joseph Le Guellec (1877-1923) qui installe son entreprise 23 rue de Siam! 

                                     Logo armor brest 4                                                                                  Logo Armor Paris

 


Nous pouvons supposer plusieurs choses par rapport au nom de cette marque, mais pour ma part, la plus logique est celle-ci... En celte, l'Armor signifie la côte, ou tout du moins le bord de mer! Et par opposition, l'intérieur des terres est appelé l'Argoat, ainsi, Brest étant situé face à la mer, peut être le créateur de cette entreprise a t-il voulu mettre en avant sa région, par un nom peu commun et qui préciserait par là même la provenance de l'objet... Car n'oublions pas qu'en ce temps là, la publicité, et l'originalité était très recherchée. La concurrence était nombreuse alors il fallait bien se démarquer.  A savoir qu'après la guerre de 1870, la France connait une grande dépression économique qui dura jusqu'en 1895 mais elle bénéficie, chose rare, d'une période de paix de plus de quatre décennies favorable au progrès économique et technique, et à son expansion territoriale (Nice, Savoie, et les colonies).

 

En 1896, débute une formidable période de croissance soutenue par la deuxième révolution industrielle qui trouvera son apogée en 1914, c'est la Belle Epoque! Et avec l'avènement du chemin de fer et de la bicyclette (avant que l'automobile ne se démocratise), les distances sont abolies. Ainsi, c'est l'essor des stations balnéaires qui fourmillent d'abord sur la cote Normande. On vient s'y baigner, se ressourcer, claquer sa fortune au casino ou à l'hippodrome...

 

En 1891, Pierre Giffard dit "Jean sans terre", rédacteur en chef du "Petit Journal" organise le premier Paris-Brest-Paris, une épreuve cycliste de 1200 kilomètres... Brest, port par excellence, bénéficie de ce nouvel essor amplifié par le dynamisme de sa bourgeoisie et aristocratie industrielle et militaire (arsenal). Ainsi, elle n'échappera pas aux modes et sera investie par les Parisiens pour son bord de mer.

 

Joseph le Guellec a sûrement compris la bonne affaire à suivre, et ceci expliquant cela...

 
                                                                  Pub Armor Brest

Pour le Tour de France 1906, la société inscrit 11 coureurs, et se voit d'ailleurs récompensée avec Eugène Christophe (1885-1970) qui termine 9ème de l'évènement.


                                                                           Eugène Christophe 1889-1970


Par la suite, sûrement en raison de problèmes financiers, Armor n'inscrit en 1908 et 1909 qu'un seul coureur mais apparemment, sans succès pour la marque qui d'ailleurs vit ses dernières heures en Bretagne!



Le Rachat:


Comme beaucoup de constructeurs de l'époque, Armor a sûrement fait faillite à cause de la trop grande offre sur le marché et le manque de compétitivité! Il faut savoir qu'au début du siècle, existait des centaines de constructeurs de cycles partout en France, de même pour les Automobiles, c'est étonnant aux vues de ce qui peut en rester aujourd'hui.  Ainsi, Edmond Gentil, créateur et patron d'Alcyon (cycles, motocyclettes et automobiles) depuis 1902, fort de la réussite de son entreprise de Neuilly sur Scène, rachète Armor, pour l'implanter à Courbevoie, dans les Hauts de Seine. Cependant le magasin de Brest reste ouvert en tant que marchand de vélocipèdes jusqu'en 1913.

 

En effet, en 1909, Edmond Gentil, puissant fondateur de la maison Gentil et Cie, et propriétaires des marques de cycles, motocyclettes, automobiles et moteur Deauville, Alcyon, Zürcher... veut investir le marché de l'ouest de la France. Pour ce faire, il rachète à M. Le Guellec sa marque Armor et il l'a transporte alors à Paris. Edmond Gentil fait ainsi d'une pierre deux coups, Armor conservant sa forte identité et sa clientèle régionale tout en allant conquérir une nouvelle clientèle parisienne car on trouve dans la capitale un grand nombre de bretons.

 

En parallèle des usines et ateliers de Courbevoie, le magasin principal et siège social se trouve 23 avenue Trudaine à Paris.

                                                                     Catalogue Armor Fin 20's

A partir de ce moment là, Armor et Alcyon proposeront des modèles aux caractéristiques souvent très proches. Le groupe Gentil et Cie ne voulant sûrement pas perdre d'argent à faire des gammes différentes pour chaque marque.


Mais Edmond Gentil ne s'arrêtera pas en si bon chemin, et racheta la marque Thomann, Labor et la Française Diamant... toutes seront également sur le site de Courbevoie où dans ses environs!


                                                                       usine1 s


Des moteurs fiables:


Déjà avant le rachat d'Armor en 1909, Alcyon était associé à Zurcher pour ses moteurs, elle fait donc parti de l'entreprise. Dans toutes les catégories, que ce soit 100cc, 175, 270, ou 350cc, ces moteurs ont fait la réputation des motocyclettes Alcyon et Armor et ont permis à bon nombre de pouvoir se déplacer dans de bonnes conditions.


                          Zurcher - 1933               Zurcher - 1934


A suivre:

Automobiles novatrices:

Après-guerre: